OPS Congo - Journal du 1 er Choc


 

6 Juillet – Repos et nettoyage des armes. Nous touchons 5 automitrailleuses « ferrets » neuves qui seront chargées de passer en tête de colonne. Si les chauffeurs sont congolais, les mitrailleurs sont de chez nous. Il serait malhonnête de ne pas dire notre soulagement de voir des soldats de l’ANC partager nos risques dans les véhicules de tête. Bienvenue au club et bonne chance !

Ces automitrailleuses britanniques disposent d’un blindage profilé qui pourrait dévier les blindicides. Dans les mois qui ont suivis aucune Ferret n’a été touchée dans une embuscade.

Photo 35 - Formation de la colonne au départ de Bumba, ferrets en tête Photo 36 - Ferret au fossé
Photo 35 – Formation de la colonne
au départ de Bumba, ferrets en tête
Photo 36 – Ferret au fossé

7 Juillet – Nous quittons Bumba, 2 Ferrets en tête, une jeep-mitrailleuse et deux camions de voltige précédant les camions du charroi. Il est 12h40 quand nous arrivons à Bunduki sans un seul accrochage. La nuit est animée par un seul coup de mortier ennemi qui ne fait ni blessé ni dégât.

8 Juillet – Le brouillard intense du matin empêche la couverture aérienne. A 10h20 la colonne reprend sa progression sur Aketi. Après quelques kilomètres, une nouvelle embuscade fait un blessé Katangais mais le tir des ferrets oblige les Simbas à lâcher aussitôt le terrain. Nous revenons à l’endroit où nous avions enterré Vounx et Nagy, il y a trois jours. Pierre Chassin dixit :

La scène est effrayante. Les restes des corps sont étalés au bord de la tombe béante : Les Simbas ont déterré nos camarades et leur ont coupé les cuisses et les testicules pour les manger. Mus par un sentiment d’horreur Patrick et moi commençons à brûler les cases environnantes, lorsque Denard accourt et donne l’ordre d’arrêter. Il a raison. Ce n’est pas ainsi que nous ferons revenir dans les villages les paysans cachés dans la brousse… Malgré l’odeur repoussante, nous chargeons sur un camion les restes de Vounx et Nagy…

Le conducteur d’une des Ferrets qui conduisait la tête au dehors pour y voir plus clair et avoir moins chaud prend un oiseau dans la figure. Surpris il fait un écart et va au fossé, juste avant d’arriver à Aketi où nous ensevelissons à nouveau ce qui reste des corps des volontaires.

Nous apprenons que pendant ce temps, à Buta, le major Simba WAGI Jules Bernard s’est rendu avec ses armes au service S2.

Du 9 au 11 juillet. A Aketi, Denard fait contrôler les stocks d’essence et de mazout de la société Socopétrole qui font tant d’envieux. Un rapport est établi sur le matériel ferroviaire récupéré : trois locotracteurs, une machine à vapeur. Deux locotracteurs paraissent être réutilisables après « cannibalisation » du troisième. JC Lapontérique dixit :

Première incursion sur les rails, Bruni et quatre de ses hommes font un premier essai sur une draisine remise en état. Après 2 km, un rail était déplacé. Nous positionnons la draisine sur les rails suivants et nous continuons jusqu’au pont très étroit, très haut et sans garde fou, très impressionnant, au dessus de la rivière. Cette sortie s’est faite sans accrochages. Les jours suivants le rail sera remis en place et d’autres incursions plus longues seront faites par Le Maout et Couke, mais les Simbas ont su sortir les rails en plusieurs endroits, montrant ainsi qu’ils étaient toujours là.

Photo 37 - Progression sur la route en revenant de Bumba. La ferret est devant la colonne

Photo 37 – Progression en revenant
de Bumba. La ferret est devant la colonne.
Les « matitis » bordent la piste, la voltige
est prête à sauter du camion qui suit.

Après inspection des positions de la ville, Denard laisse Le Maout sur place avec moins de trente mercenaires et environ deux cent soldats Congolais dont quelques Katangais et retourne à Buta sans problèmes.


Pages: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22

 
©2008-2019 ORBS Patria Nostra - Tous droits réservés - Contact - Site réalisé par |iN| iNuage