OPS Congo – L’appui aérien aux opérations de reconquête


 

En appui au 1er choc

Revenu sur la scène congolaise en fin février 1965, Bod DENARD créa une nouvelle unité qui fut intégrée au 6e commando sous le nom de 1er choc.

Le 14 mars 1965, elle participa à une opération sur Yangambi au bord du fleuve Congo avec l’appui du WIGMO, puis elle fut transportée à Paulis par la voie aérienne le 29 mars. Cette nouvelle unité du 6e Commando reçut la mission de pacifier le sud de cette localité vers Wamba avec l’appui du 8e Bat commando katangais. Cette opération baptisée « Tulipe » démarra le 7 avril à l’aube, mais peu après son départ, la colonne baptisée Aramis subit de nombreuses embuscades et lança un appel radio pour évacuer un blessé.

La Banane volante décolla de Paulis, mais elle ramena deux morts, car entre temps les Simbas avaient monté une autre embuscade. La malchance s’acharna sur Bob DENARD, car il se cassa une jambe et dut être évacué à son tour par l’hélicoptère.

Le Lieutenant Colonel LAMOULINE résolut de se rendre à Paulis en C-47 avec son adjoint BOTTU, mais l’hélicoptère de la FATAC était en panne. Les demandes d’appui aérien ou d’évacuation étaient adressées à l’EM de la 5e brigade et à l’aérodrome, le détachement du WIGMO se tenait en alerte. Il comprenait deux pilotes cubains et les belges LIBERT et BRACCO, anciens de la 21e escadrille, qui partaient justement avec leur T-28D pour une mission de soutien à « Aramis ».

Les deux officiers du 6e codo en profitèrent pour les accompagner et ils participèrent également à la mission aérienne du lendemain matin comme observateurs, car le Vertol-Piaseky H-21 n’était toujours pas réparé. L’après-midi, ce fut au tour des deux pilotes cubains d’appuyer la colonne DENARD avec leur T-28D. Le plafond était plus dégagé et ils purent intervenir à la mitrailleuse et à la roquette contre des véhicules ennemis à l’arrêt dans un village, puis furent relevés par les Belges. Lors de cette chaque mission, les pilotes établissaient un contact radio VHF avec la colonne sur la fréquence 118.5.

BRACCO et LIBERT intervinrent avec leurs appareils pour dégager d’une grosse embuscade et balayèrent les abords de la route de leurs armes. Le 10 avril 1965, la colonne Aramis atteignit Wamba et réclama du ravitaillement. L’hélicoptère fut réparé le lendemain et transporta le Lieutenant Colonel LAMOULINE à Wamba. Il y fut rejoint par le Major BOTTU qui resta sur place pour préparer une dropping zone en vue d’un ravitaillement par bimoteurs de la FATAC. Le 8e Bat commando fut laissé en garnison et le 1er choc regagna Paulis le 16 avril suivant, non sans avoir subi de nombreuses embuscades, mais l’unité était bien rodée.

Le 3 mai1965, le Général MOBUTU, commandant en chef de l’ANC se rendit à Stanleyville avec son avion personnel, mais son appareil eut du retard et les troupes rassemblées à l’aérodrome pour la parade avaient regagné leur cantonnement. Il conféra avec le Colonel MULAMBA et les officiers de l’ATMB en fonction à l’Etat Major de la 5e Brigade et le 5 mai, le Lieutenant Colonel NOEL, chef d’EM, présenta les plans de l’offensive « Violettes impériales ». Une copie de ce plan fut adressée au QG/ANC, aux chefs des unités qui y participaient, à l’officier de liaison de l’US Army, au commandement Ops/Air et au WIGMO.

Le lendemain, le commandant en chef se rendit avec Mike HOARE à Faradje pour assister à la parade achevant l’opération White Giant. Il passa en revue les commandos sud-africains et katangais et le félicita pour les succès de ses troupes durant « White Giant ». L’opération « Violettes impériales » lui succéda et mit en œuvre, outre le 5e Bat commando SA de Mike HOARE (Zorro) à partir de Niangara, le 1er Choc de Bob DENARD (Aramis) et le 8e Bat commando katangais à partir de Paulis, le 12e Bat codo Diabos à partir de Stanleyville et des troupes congolaises opérant à partir de Bumba dans le but de capturer Buta par une offensive en tenaille.

Il s’agissait d’envelopper un maquis rebelle bien ravitaillé en armes et commandé par le Colonel MAKONDO qui s’était établi dans cette ville, d’où il menaçait toute la région située au-dessus de Paulis. Selon les renseignements obtenus, des Européens étaient encore en vie dans les prisons des Simbas.

Vu l’augmentation des missions de transport de leurs C-130E dans le triangle Stanleyville-paulis-Bunia, les Américains songèrent à livrer deux C-47 supplémentaires à la FATAC pour soulager leurs équipages.

L’opération « Violettes impériales » fut déclenchée le 26 mai avec l’assistance de l’aviation qui comprenait la 21e escadrille à partir de Bumba, trois B-26K basés à Stanleyville et deux détachements de quatre T-28D qui effectuèrent chacun deux sorties par jour. Celui de Big Bill appuyait le 5e commando et l’autre intervenait à partir de Paulis en soutien au 1er choc. Le WIGMO y disposa un des hélicoptères Bell 47 récemment livrés. Il était chargé des liaisons et de la récupération des pilotes.

La FATAC pourvoyait au ravitaillement et aux évacuations sanitaires avec quatre C-47 et les quatre hélicoptères Banane volante H-21 en ordre de marche, dont le FG-673 qui opérait à partir de Paulis et le FG-378 à partir de Stanleyville. Les forces alignées à Paulis pour l’offensive furent passées tour à tour en revue par le Colonel MULAMBA et le Lieutenant Colonel NOEL, venus de Stanleyville en C-47 FATAC.

Le lendemain de son départ, l’hélicoptère H-21 rejoignit la colonne avec le Lieutenant Colonel NOEL pour évacuer les premiers blessés.

BRACCO et LIBERT survolaient la progression des troupes et effectuaient des reconnaissances sur l’itinéraire, signalant les obstacles aperçus. Buta fut atteint le 1er juin 1965 par le 1er Choc, battant de peu les Sud Africains (voir le magasine RAIDS n° 51), mais ils ne purent empêcher le massacre des otages.

La plaine d’aviation de la ville fut remise en état le 4 juin et un C-47 y déposa les Colonels MULAMBA et LAMOULINE. Ce bimoteur fut suivi d’autres appareils de la FATAC qui s’y posèrent avec des vivres et des munitions. Le 2 juin 1965, le Général Major CEUPPENS, chef d’EM de la Force Aérienne Belge en visite au Congo avait inspecté le détachement FATAC à Baka, puis se rendit en inspection avec le Colonel VANDEPOEL à Stanleyville le 5 juin et à Paulis le 6, avant de regagner la Belgique le 8 juin.


Pages: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16

 
©2008-2021 ORBS Patria Nostra - Tous droits réservés - Contact - Site réalisé par |iN| iNuage