OPS Congo – Echec à l’Armée Populaire de Libération

« La Patrie ou la Mort »

Dans l’édition des 14 et 15 novembre 1964 du journal « Le Martyr », dont la devise était « La Patrie ou la Mort », le président GBENYE annonça : « L’arrivée à Stanleyville des Américains signifierait la disparition de tous les Belges et les Américains qui sont sous notre surveillance » et il ajouta : « Nous fabriquerons nos fétiches avec le cœur des Américains et des Belges ».

Le même jour, le président de la république populaire confia à Dominique GBADU le soin de redresser la situation du front de Bumba. « Spécialiste de la guerre révolutionnaire », GBADU lui communiqua quelques considérations personnelles sur les tactiques de combat pour embrouiller les plans de l’ennemi par une propagande subversive « à travers les brousses et les eaux ». Il poursuivait : « Pour l’espionnage, tous les moyens vulgaires dont les changement de costume seront employés dans le but d’éviter que l’ennemi ne puisse repérer nos partisans : les cantonniers, les petits enfants, les pêcheurs etc ». Il ajoutait qu’une grande usine pour la fabrication de flèches et autres serait installée pour fabriquer « tous les autres moyens de combat traditionnels ». Pour éviter la trahison des maquisards de l’APL, il conseillait de leur faire prêter serment à Patrice LUMUMBA, à la révolution et contre tous procédés anti-révolutionnaires. Les éléments employés pour ce serment étaient le sang (sacrifice) et leur signature.

Le 20 novembre, ce spécialiste de la guerre révolutionnaire reçut un Laissez-Passer signé par Denis Saxon TUPAIE, administrateur-directeur de la Sûreté Nationale et homme de main de GBENYE, qui l’autorisait à rejoindre les maquis où s’étaient regroupés les rebelles de l’Equateur après la défaite de Bumba. Son ordre de mission stipulait qu’il devait démasquer l’ennemi, lui faire des embuscades et le terroriser avant l’arrivée de l’APL.

Lors de la défaite de Kindu, de nombreux Simba avaient également pris le maquis et l’un d’eux regroupait 420 rebelles qui avaient pour mission de garder une barrière à 20 km du pont de l’Elila. Ces Simba lancèrent une attaque suicide pour reprendre le pont, mais ils laissèrent 42 morts sur le terrain. Ils furent plus efficace lorsqu’ils organisèrent des embuscades et des tirs de harcèlement. Ils infligèrent quelques pertes à l’Ommegang, notamment le 14 novembre, le Lt Spencer fut tué et deux Sud-Africains du 5ème Bn commando furent blessés.

Le lendemain, le peloton de 4.2 pouces mit ses pièces en batterie au pont de l’Elila et quelques projectiles calmèrent les ardeurs des maquisards. Dans une missive adressée à leur chef, le Col. KABASELE, le major SALAMBA demandait des armes, des munitions, cinq sacs de sel, du savon et de l’argent, car six officiers Simba se plaignaient de ne pas avoir été payés.

La colonne Lima I fut renforcée à Kindu par la colonne Lima II du Lt-Col. LAMOULINE et le 19 novembre suivant, lorsque la 5ème Brigade Mécanisée du colonel VANDEWALLE s’ébranla vers Stanleyville avec en tête la voiture blindée Ferret de « Frenchie » et le major SALAMBA ne put opposer aucune résistance.

Trois jours après le départ de l’Ommegang de Kindu, le major GENIS du secteur d’opérations « Ops Nord » se mettait en mouvement vers Buta avec son charroi constitué de jeeps mitrailleuses,
de camions de ravitaillement et de quelques véhicules récupérés chez les simba et le 23 novembre, il occupait son premier objectif : le port fluvial d’Aketi. Il devait servir à ravitailler la colonne du major GENIS par la voie fluviale, mais le convoi de bateaux réquisitionnés à l’Otraco ne parvint pas à forcer le blocus (voir l’article « Ops Fleuve »).

Les mercenaires belges et Sud-Africains de la colonne « Ops Nord » précédaient l’ANC en fer de lance et nettoyaient toutes résistances. L’appui aérien était fourni par le détachement WIGMO de « Big Bill » WIROZOWSKY dont les monomoteurs T-28D étaient pilotés par des Cubains anticastristes. L’hélicoptère H21B de la FATAC piloté par le cdt BROKKEN se chargeait des évacuations.

Lors de la halte de l’Ommegang à Lubutu, l’agent de la CIA William « Rip » ROBERTSON, responsable de l’opération « Low Beam Force, s’intégra dans la colonne Lima I avec un groupe de 18 Cubains du WIGMO en tant que 58ème peloton du 5ème Bn commando de Mike HOARE. Il avait reçu la mission de libérer le consul US HOYT, le vice-consul GRINWIS (agent de la CIA) et les deux agents consulaires prisonniers des Simba.

A la mémoire du Colonel Denard
et des hommes qui ont servi sous ses ordres

A la mémoire du Colonel Denard
et des hommes qui ont servi sous ses ordres

OPS