OPS Congo – L’appui aérien aux opérations de reconquête


 

Nouvelles pertes aériennes

Le 3 juin, le détachement WIGMO de Paulis déplora la perte de deux T-28D à cause du mauvais temps. Roger BRACCO et le jeune pilote cubain LA GUARDIA, recruté peu auparavant, se trouvèrent perdus dans une tornade et à court de carburant, ils durent sauter en parachute près de la rivière Bomakandi, aux abords de Titule. Ils furent récupérés quelques heures plus tard par hélicoptère, mais le Cubain, très marqué par son aventure, résilia son contrat et retourna aux Etats Unis.

A la même époque, des guérilleros rebelles venus du Congo-Brazza, s’emparèrent de Nioki, à 320 km au nord-est de la capitale et un T-28 y fut envoyé en reconnaissance. Les résultats de ce vol d’observation permirent de monter une opération à partir de Mushie où des mercenaires européens furent transportés dans un C-47 et un DH Dove de la FAC. Ils se joignirent à une colonne de l’ANC et le bimoteur Dove se rendit à Nioki pour observer la situation, tandis que les Européens de la région étaient évacués par avions d’Air Brousse.

Après une année de service, les « Bananes volantes » donnaient des signes de fatigue et le 27 juin, l’hélicoptère codé FG-378 se crasha avec son équipage dans la forêt à quelques dizaines de kilomètres de Stanleyville. Elle avait tenté de rejoindre Buta pour y chercher des réfugiés libérés par le 1er choc, mais le mauvais temps l’avait obligé à faire demi-tour. Lors du trajet de retour, le pilote contacta la tour de contrôle de Stanleyville pour annoncer l’estimation de son heure d’arrivée vers 7h30 (ETA), soit trente minutes plus tard, lui signalant qu’il volait à 6000 pieds d’altitude.

Ce fut son dernier appel et dès que l’ETA fut dépassée, le Colonel VANDEPOEL qui commandait la FATAC lança un programme de recherches avec les moyens aériens immédiatement disponibles : trois C-47, deux B-26K et un C-46 et il y participa aux commandes d’un des appareils. Les recherches se poursuivirent durant trois semaines malgré le mauvais temps, mais ne donnèrent aucun résultat. Cet accident, qui coûtait la vie au Capitaine BORDON et aux Adjudants ALLAEYS et JACOBS s’ajoutait à une série d’incidents techniques et signa la mise à la retraite de ces engins qui avaient rendu de grands services à l’ANC.

Le 4 juillet 1965, le 1er choc reprit sa route vers Aketi avec le support du WIGMO, puis effectua sa jonction avec l’ANC partie de Bumba.

Le 21 juillet 1965, l’aviation dut intervenir à Buta pour repousser une offensive des rebelles commandés par le Colonel MAKONDO qui s’était replié dans la forêt au sud de Bondo. Le chef des Simbas attendait du ravitaillement en munitions pour recommencer une attaque sur Buta. Elle se déclencha dans la nuit du 5 au 6 septembre et fut repoussée par les hommes du 1er choc, appuyé par le détachement du WIGMO de Paulis.

Les pilotes des T-28D soumirent les rebelles à un déluge de feu et poursuivent leurs attaques les jours suivants sur les villages d’où étaient partis les maquisards. L’activité des patrouilles du 1er choc et des appareils du WIGMO eut raison de l’entêtement de MAKONDO et le réseau ferroviaire de VICICONGO put être remis en activité. Parti de Buta le 8 octobre, ce premier convoi parvint à Paulis deux jours plus tard, où il fut accueilli par les autorités civiles et militaires de la province.


A la mémoire du Colonel Denard
et des hommes qui ont servi sous ses ordres

A la mémoire du Colonel Denard
et des hommes qui ont servi sous ses ordres

OPS