OPS Congo – L’appui aérien aux opérations de reconquête


 

Redisposition de l’appui

Peu après sa formation, le deuxième flight de T-6G de la 21e escadrille fut confié au Capitaine DAVRINCHES et en décembre 1964, il fut basé temporairement à Léopoldville car on y craignait une attaque des rebelles basés au Congo-Brazza. Il y fut rejoint par un détachement de T-28D du WIGMO et ces avions rassurèrent la population de la capitale en effectuant des patrouilles aériennes.

Le détachement du WIGMO qui avait rejoint Paulis avec la colonne d’Ops Nord fut affecté à Bunia le 25 décembre à la demande d’Ops Kivu, privé depuis le 19 novembre d’appui aérien au profit de la 5e brigade.

L’aérodrome de cette localité de l’Ituri (nord-est du Congo), troisième base opérationnelle du WIGMO dans le nord-est, avait une piste en « dur » accessible au DC-4. Cette localité était un nœud routier important et était occupée depuis le 1er décembre1964 par les commandos du Kivu (Codoki) et par le 53e peloton Sud Africains de l’ANC.

Dans cette nouvelle affectation, le major Big Bill, dont les appareils étaient ornés du buffle « Makasi », collabora plus étroitement avec les troupes d’Ops Kivu qu’il ne l’avait fait auparavant avec celles d’Ops Nord.

Suite à livraison de nouveaux appareils par les Etats Unis, chaque détachement du WIGMO reçut un T-28D supplémentaire. Deux fois par jour, ils effectuaient des missions d’observation par paire, surveillant les routes menant aux frontières de l’Ouganda et du Soudan par lesquels des convois d’armes entraient au Congo. Les pilotes observaient l’activité des rebelles et détruisaient tous les véhicules repérés.

Le 17 décembre 1964 près de Mahagi, le pilote cubain Fausto GOMEZ, dit « El Toro » accrocha un arbre lors d’une de ces missions alors qu’il attaquait un véhicule ennemi à basse altitude. Son ailier connaissait le point de chute du Trojan et communiqua les coordonnées à Bill WYROZEMSKI dès son retour à Bunia. Celui-ci demanda aux commandos du Kivu d’effectuer un raid en zone dangereuse pour retrouver le corps du pilote, car la CIA exigeait la preuve de sa mort pour verser l’assurance-vie à sa veuve. Ils retrouvèrent les débris de l’appareil, mais les Simba étaient passés avant eux.

L’équipe de l’ATMB d’Ops Kivu se composait du Lieutenant-Colonel TOURON, des lieutenants HENCKAERTS et TROOSTERS et de l’adjudant WARNANT. Ces officiers et sous-officiers détachés de l’armée belge organisèrent une base avancée à Bunia pour rayonner dans la région avec l’appui des Trojan et organisèrent le sauvetage d’Européens avec le 53e peloton SA et les CODOKI. Profitant du passage d’un aviateur-missionnaire à Bunia, le Lieutenant HENCKAERTS demanda à prendre place dans son Piper Cub de couleur rouge pour observer du haut des airs la progression d’une patrouille envoyée vers Mahagi, mais il lui fut impossible de les contacter par radio.

Les hommes de la patrouille n’ayant pu être avertis, ils dressèrent leurs armes automatiques vers le ciel au passage de cet avion inconnu. L’officier se rendit compte du danger lorsqu’il survola leur colonne de véhicules et demanda au missionnaire de remonter le plus vite possible à une altitude de sécurité. Il réussit enfin à établir un contact radio et les armes s’abaissèrent, mais il avait eu chaud.

Plus au nord, des bombardiers B-26K en action contre les rebelles détruisirent plusieurs camions chargés d’armes près de la frontière soudanaise.

A la mi-janvier 65, des T-28D envoyés de Stanleyville et de Bunia et des B-26K opérèrent dans le secteur d’Albertville pour Ops Sud. Ils détruisirent des embarcations chargées d’armes et de munitions sur le lac Tanganyika et attaquèrent des camps rebelles dans la région de Fizi-Baraka.

La garnison de Paulis comptait une section du peloton blindé BERO qui avait rejoint par C-130, le peloton para-mercenaires NODDYN qui logeait à l’hôtel Negbe, une compagnie réduite de gendarmes katangais, une compagnie de parachutistes congolais, le peloton commando Yakoma et le 52e peloton commando Sud Africain qui occupaient la brasserie Makasi transformée en fortin. Ils l’avaient remise en marche pour leur compte et les soldats de la garnison comptaient parmi leurs meilleurs clients. Leur production était à peine buvable, mais le buffle Makasi (fort) qui ornait les étiquettes des bouteilles de bière fut adopté par les pilotes cubains basés à Paulis qui le peignirent sur leur T-28 et il servit ensuite d’emblème à tous les appareils du WIGMO.

Les B-26K basés à Stanleyville attaquèrent le 18 décembre une localité proche de Paulis, où était signalée une concentration de rebelles. Du QG d’Ops Nord à Paulis, le Major YOSSA, réclama des troupes supplémentaires car les rebelles s’étaient lancés à l’attaque le 25 décembre. Une colonne commandée par le Major SAINT partit de Stanleyville le 27 décembre par la route pour renforcer la garnison que les B-26K et les T-28D du détachement de Stanleyville appuyaient en cas de besoin. Ils incendièrent à coups de mitrailleuse un dépôt de carburant situé en zone rebelle. On craignait une attaque de rebelles tutsis sur Kamembe et les Simba restaient très actifs dans la région de Nya Ngezi, à 45 km au sud de Bukavu.


A la mémoire du Colonel Denard
et des hommes qui ont servi sous ses ordres

A la mémoire du Colonel Denard
et des hommes qui ont servi sous ses ordres

OPS