OPS Congo – Le Groupe COBRA dans la RUZIZI

L’officier congolais, brusquement mis au pied du mur, s’adresse dans son dialecte à ses officiers, puis s’adresse au commandant et lui annonce que son bataillon sera prêt dans un quart d’heure. Il prend place dans la jeep de l’officier européen et la progression des troupes commence à pieds et de part et d’autre des véhicules. Au bord de la route se dressent des cases qu’il faudra incendier après la capture du port. Des coups de feu éclatent alors que les éclaireurs s’approchent du petit pont qui enjambe la Mulongwe. La Ferret et les jeeps foncent et une bataille s’engage avec les rebelles en fuite. Ils tentent de retarder l’ANC en retraitant vers les montagnes, mais leur tir est imprécis. Le mortier fait pleuvoir ses projectiles sur les fuyards et le canon réquisitionné à Kiliba avec quelques volontaires du 60e peloton vise les groupes de simba. Les véhicules du groupe Cobra atteignent la périphérie du port et l’infanterie se met en position près des entrepôts. Kalundu est entre leurs mains et la fusillade s’arrête. Il n’y a aucun blessé dans leurs rangs et les soldats congolais regagnent leurs anciennes positions, construites en dépit du bon sens avec les matériaux les plus divers. Alors qu’une estafette avertit le major qu’il a un contact radio avec Bukavu, l’enfer se déclenche. Deux soldats congolais qui se sont aventurés entre les positions sautent sur une mine à quelques minutes d’intervalle et perdent leurs jambes dans l’explosion.

Il faut immédiatement se porter à leur secours en tâtant le terrain pour éviter d’autres accidents et obtient du QG qu’il envoie un hélicoptère sanitaire, mais il faudra deux heures pour qu’il rejoigne Kiliba. Des Européens ramènent les deux blessés en zone sûre, mais leurs blessures sont trop graves. Ils sont embarqués dans un camion qui file vers Kiliba sous la protection de deux jeeps. Les soldats congolais sont mis en ligne pour fouiller les accès aux positions avec leur baïonnette, mais ils craignent que l’endroit ne soit ensorcelé et menacent de se révolter. Sur ordre du QG/5eGpt, les hommes de la compagnie amenée de Bukavu doivent rester en garnison à Kalundu malgré leur mauvaise volonté. Le commandant du groupe Cobra donne quelques conseils au lieutenant congolais qui les commande et lui demande de rester en contact radio avec la Kiliba et de l’avertir en cas d’attaque, promettant de venir le secourir. Dix minutes plus tard, la colonne est reformée et les troupes regagnent leur cantonnement respectif. Peu après, un hélicoptère Bell 47 se pose à Kiliba sous la protection de deux T-28 et embarque les deux blessés vers Bukavu. Deux jours plus tard, les hommes apprennent par la radio la mort de ces malheureux.

A la mémoire du Colonel Denard
et des hommes qui ont servi sous ses ordres

A la mémoire du Colonel Denard
et des hommes qui ont servi sous ses ordres

OPS