OPS Congo – Le Groupe COBRA dans la RUZIZI

Cobra leader ordonne de nettoyer le village et fait placer les véhicules en carré défensif. Ici aussi, le village est bordé d’une rivière dont le pont est détruit. Impossible de le traverser à gué. Le cours d’eau est bondé de Bafulero qui s’enfuyent. D’autres sont déjà loin dans la plaine et filent vers les collines, contreforts de montagnes peu éloignées. La fouille des huttes livrent le butin habituel : munitions, armes coutumières, peaux de civettes, documents et cours de tactique guérilla.

Autant de preuves irréfutables de l’activité subversive de leurs habitants. Un gué est découvert à cent mètre du village, il permet le passage de véhicules légers et « La Pieuvre » pense pouvoir traverser avec la Ferret. Le commandant lui recommande de bien étendre les panneaux de tissus rouges, signes de reconnaissance pour l’aviation. Deux sections traversent également la rivière à gué et gagnent l’autre rive pour participer à la poursuite et les hommes restés sur place se livrent à la chasse aux animaux domestiques. Une jeune femme bafulero est découverte, grise de peur. Ils l’interrogent et elle leur raconte que les rebelles les contraignent à les aider et à ravitailler les maquis de la montagne.

De sa main, elle indique plusieurs endroits où se situeraient des camps rebelles. Le cdt Bottu observe le massif montagneux à la jumelle et il semble en effet y avoir de l’activité aux endroits indiqués. Au delà du cours d’eau, les sections sont au contact de l’ennemi et on perçoit une fusillade lointaine. Les T-28 surviennent soudain au-dessus du village, mais ils se dirigent dans une mauvaise direction et Cobra leader les appelle « Tango de Cobra, nous vous voyons à deux kilomètres. Piquez plein sud, vous verrez une grande croix rouge au milieu d’un village, Over ».

L’émission radio est assez faible et dans un grésillement, il entend « Compris, Cobra ». Cette fois, ils passent trop à droite et il faut les ramener vers le village. Finalement, les pilotes font une passe et battent des ailes au-dessus des cases. Cobra leader leur demande de repérer la patrouille grâce à ses panneaux rouges et les monomoteurs s’éloignent vers les montagnes. « Cobra de Tango, avons repéré votre patrouille, elle est arrêtée, Over ». Le commandant leur demande de les survoler en rase-mottes et de faire attention aux balles rebelles.

Les avions piquent, puis remontent et après une deuxième passe, Libert hurle dans le micro à l’intention de son équipier cubain « Tango two, Tango two, tacataco na macaco ». L’ordre est compris par son ailier hispanique et les deux appareils mitraillent les groupes de rebelles en fuite. « Chinetoque » a trouvé un nouvel objectif à la jumelle et le montre à son chef. Il a remarqué beaucoup d’agitation dans un des villages perchés sur la montagne. Les avions sont contactés par radio et une flèche est formée avec les panneaux rouges pour indiquer aux pilotes la direction de la position rebelle. Ils survolent l’endroit avec leur appareil et y découvrent une énorme agitation. Les avions, pris à partie par les armes automatiques des maquisards, piquent en rugissant et font entendre le bruit de leurs mitrailleuses .50, suivi de l’explosion de leurs roquettes. Les pilotes sont heureux, car ils n’ont pas tous les jours l’occasion de prouver leur habileté.

A la jumelle, Cobra leader observe leurs attaques dont la témérité l’impressionne. Ils semblent frôler la montagne. Dans le camp ennemi, des silhouettes s’égaillent et des cases se mettent à flamber. « Cobra de Tango, straffing terminé, ils sont trop éparpillés maintenant. Avons fait du beau boulot grâce à vous ». Le commandant répond « Merci Tango, nous allons achever le boulot au mortier, retournez vers la patrouille, Over ». « Chinetoque » prépare son mortier, mais il doit mettre le maximum de charge, car l’objectif est fort éloigné. Un petit vieux tout tremblant est découvert, impossible de lui tirer un mot. Il est embarqué par les parachutistes congolais dans un camion avec le butin, les poules et les cochons.

A la mémoire du Colonel Denard
et des hommes qui ont servi sous ses ordres

A la mémoire du Colonel Denard
et des hommes qui ont servi sous ses ordres

OPS