OPS Congo - Le Groupe COBRA dans la RUZIZI

Le 9 septembre 1965, de nouvelles attaques de simba ont lieu dans la plaine Ruzizi, contre les villages de Luvungi, Nzombe et Kavimvira. Ils attaquent également Uvira. Cette localité proche du lac Tanganiyka est faiblement défendue par le 8e bataillon d’Infanterie qui s’y est retranché. Chaque attaque ennemie provoque un énorme gaspillage de munitions. La milice de la Sucraf basée à Kiliba est intervenue à Kavimvira pour repousser les incursions rebelles, mais au QG du 5e Gpt/ANC, le col Kabingwa Benezeth voudrait remplacer le chef de cette milice par une créature à lui pour pouvoir trafiquer à son aise. Cet officier supérieur commandant le 5e Groupement ANC du Kivu est d’une fidélité douteuse et il n’hésiterait pas à se ranger du côté des simba s’ils se montraient les plus forts. La mission qu’il confie aux parachutistes du groupe Cobra est d’opérer au Nord du lac Tanganyika et de nettoyer la plaine de la Ruzizi des rebelles. Pour exécuter cette mission, il leur faudra réouvrir l’axe routier menant à Uvira, bien qu’ils ne soient pas suffisamment armés pour cela, car ils ont peu d’armes lourdes.

Début octobre, deux quadrimoteurs de la Fatac embarquent les septante hommes du groupe Cobra à Baka et les déposent quelques heures plus tard à Goma où un comité d’accueil avec troupes et fanfare croit à l’arrivée d’une huile du gouvernement dont le vol est annoncé. Ils ne sont pas attendus, car c’est dimanche, mais le commandant de la Place de Goma est plein de bonne volonté et leur fournit des véhicules pour rejoindre le port. Entre temps, le commissaire extraordinaire débarque d’un appareil d’Air Congo et la pagaille est complète, car les hommes du peloton d’honneur sont occupés à charger les bagages du groupe dans les camions. Les hommes embarquent sur un navire de l’Otraco pour traverser le lac Kivu, mais personne ne les attend au port de Bukavu. Le commandant Bottu prend le téléphone et forme le numéro 3164 du QG/5eGpt, mais le planton de garde semble complètement abruti et c’est seulement à 22h30 qu’il parvient à contacter le n° 2083 au consulat de Belgique où un diplomate fait le nécessaire pour trouver des camions afin de les conduire à l’athénée prévu comme cantonnement. Les bâtiments scolaires, dont la cour de récréation fait face au lac Kivu, sont installés sur une des presqu’îles. Les salles du rez de chaussée serviront de bar et de mess et les chambres de l’internat situées à l’étage serviront de dortoirs.

Le cpn Thadée Kowalsky accueille les hommes du groupe Cobra à l’athénée. C’est un ancien volontaire du Katanga qui commande le groupe de Commandos du Kivu (Codoki), dont les volontaires européens leur offrent un bon repas et leur fournissent des couvertures en attendant de trouver des matelas. Depuis la rébellion, l’athénée n’accueille plus d’élèves par manque de professeurs et il a servi de caserne aux Sud Africains du 53e peloton de Jack Maiden (5e bataillon commando) qui ont abandonné les lieux en fin de contrat pour rentrer chez eux. Les salles de cours sont sales et remplies d’objets hétéroclites. Les parachutistes congolais du groupe Cobra s’installent à l’étage d’une annexe de l’établissement scolaire et déjà des femmes légères arrivent de la cité pour monnayer leurs charmes. Le lendemain, le commandant Bottu se rend au QG installé dans l’ancien club sportif de la ville à la pointe de la presqu’île en forme de botte dont elle porte le nom.

Il se présente au colonel Kabingwa Benezeth, chef du 5e Groupement ANC, puis il va retrouver le cpn Kowalsky au bar de l’hôtel Tourist. Le chef des Codoki lui décrit la situation dans la plaine de la Ruzizi où ses hommes ont subi plusieurs embuscades sur la route qui conduit à Uvira. Pierre Bottu rapporte à ses hommes la conversation qu’il a eue avec Thadée Kowalsky et ils se mettent à rire, car ce Polonais est la fable des mercenaires. Déjà au Katanga, il avait la poisse et attirait les rebelles comme des mouches ! La principale difficulté du commandant du groupe Cobra est de trouver des véhicules en bon état et des armes lourdes pour effectuer des patrouilles sur la route d’Uvira avec son groupe. L’unique solution est d’échanger le vieux matériel mis à sa disposition avec trois jeeps et trois camions neufs que la garnison congolaise emploie pour son plaisir et auxquels s’ajoutent une Ferret munie d’un butoir et deux jeeps héritées des Codoki. L’instruction recommence et un exercice amphibie est organisé sur le lac Kivu. Il se termine comme il se doit au Cercle Nautique de Bukavu où les volontaires européens pratiquent la natation, se dorent au soleil et draguent les filles des colons.

Afin d’impressionner la population et pour montrer la force de son groupe aux espions rebelles, le commandant du groupe Cobra organise un défilé dans les rues de Bukavu. Les hommes défilent d’un pas martial avec leur fusil FN FAL 7.62 mm à crosse repliable, coiffés d’un béret rouge ou d’une casquette Bigeard. Le groupe perd deux véhicules de son charroi en peu de temps dans des accidents stupides et il se trouve singulièrement réduit: une jeep est perdue par Claude O. et Patrick B. et le cpn Kowalsky roule en état d’ivresse avec la jeep-radio et tombe dans un ravin. Thadée Kowalsky sort miraculeusement indemne de sa chute, mais les PM congolais lui mettent la main au collet et le col Kabingwa Benezeth le met aux arrêts et menace de le faire fusiller. Il faut toute la diplomatie du commandant Bottu pour le tirer de ce mauvais pas. Il obtient une peine plus clémente du commandant du 5e Groupement, le renvoi à la discipline de corps. L’officier congolais fait mine d’accepter, mais il agit en sous-main pour que le cpn Kowalsky soit expulsé du pays après rupture de son contrat.

Peu après, le chef du 5e Groupement est arrêté pour avoir détourné la solde de ses hommes, soit 3 millions de FC. Il passe en jugement devant un tribunal militaire réuni à Bukavu et se voit condamné à huit ans de Servitude Pénale et à la dégradation. Peu après son arrivée à Bukavu, le commandant Bottu est convoqué chez le col Bangala au QG ANC. Cet officier vient d’arriver de Baka pour remplacer l’ex-colonel Kabingwa Benezeth, mais il ne vaut guère mieux. Pro-lumumbiste, il sévissait à Bukavu lors de la dictature de Kashamura en 1961 et avait empêché un coup d’état favorable au gouvernement légal. Le nouveau chef du 5e Gpt/ANC lui remet un ordre d’opération ainsi rédigé : « La mission du groupe Cobra sera d’escorter la 1ère compagnie du 13e Bn d’Infanterie à Uvira, puis il devra s’emparer du port de Kalundu sur le lac Tanganiyka où cette compagnie tiendra garnison . Sur demande radio, il pourra bénéficier de l’appui des quatre T-28 du Wigmo basés à Goma et devra prendre contact avec l’armée burundaise pour s’assurer de sa collaboration lors des opérations de nettoyage ».

Pages: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18

 
©2008-2021 ORBS Patria Nostra - Tous droits réservés - Contact - Site réalisé par |iN| iNuage